Skip to content

Une nuit avec la Police municipale de Fréjus

une nuit avec police municipale fréjus

Nous avons suivi une nuit durant différents équipages de la police municipale de Fréjus. Au menu, patrouilles pédestres, contrôles d’identité, fouille, et rencontre avec la brigade cynophile.

Passer une nuit avec la police, ça ne veut pas forcément dire qu’on termine au poste dans une cellule à l’hygiène douteuse. Et ça ne veut pas non plus dire que l’on va assister à des saisies de drogue, des interpellations musclées et des course-poursuites à cent à l’heure dans les rues escarpées du vieux Fréjus.

Non. Cela peut vouloir dire que l’on va « battre le pavé » en compagnie d’agents de la police municipale, observer leur modus operandi et revoir, aussi, certaines idées reçues. Au-delà d’une image de cow-boy, souvent véhiculée par les images des reportages à sensations diffusés par certaines chaînes de télévision, les policiers municipaux de Fréjus, puisque c’est ceux que nous avons suivis, privilégient avant tout le dialogue et l’échange.

Patrouilles pédestres

Le groupe de nuit prend son service à 20h30. À sa tête, Teddy Mammeri. Ancien soldat du 21e Rima, le bonhomme est connu de tous. Et ce n’est pas dû qu’à ses passages répétés dans les reportages consacrés chaque année à la PM fréjusienne. Car le chef du groupe de nuit et de la Brigade Mobile d’Intervention (BMI) a l’habitude de « battre le pavé ».

« Si on ne reçoit pas d’appel, on fait le tour, on prend la température. Là, ce soir, on peut d’ores et déjà dire que ce sera calme », glisse celui qui est entré à la PM de Fréjus il y a 10 ans. Et la suite de la soirée allait lui donner raison. Au fil de nos pérégrinations pédestres, que ce soit à Saint-Aygulf, à Port-Fréjus ou le long du marché nocturne de Fréjus-Plage, le dialogue est de mise. Souriants, décontractés, mais concentrés et les yeux en perpétuel balayage de la zone, Teddy et son partenaire arpentent les allées.

Des échanges avec des patrons d’établissement permettent de recueillir quelques informations. Un moyen aussi de se montrer et de renforcer cette volonté de police de proximité. « Écoute maman hein, ne t’éloigne pas trop d’eux », glisse ainsi Teddy à un petit bonhomme ayant pris le large tout en le déposant dans les bras de son papa. Quelques mètres plus loin, quatre jeunes vacanciers descendus de la région grenobloise reconnaissent le colosse. « C’est vous qu’on a vu dans le reportage hein ? » « Bien vu les jeunes. Profitez bien de vos vacances sur la côte, draguez et mangez des glaces », leur lance Teddy en retour, sourire en coin.

Un échange comme il y en a plusieurs lors de ces nuits, même si cela ne suffit pas toujours. « On sait être proche des gens qui viennent ici, mais on sait aussi être impitoyable avec une certaine population. On s’est bâti une solide réputation, ici mais aussi au-delà. Et quoi qu’il arrive, on gagne tout le temps ».

Reportage complet à retrouver dans le numéro 15 de L’Horizon.

Par Romain Chardan – Photos : Louis Aubry

une nuit avec police municipale fréjus