Skip to content

Thomas Marty à Saint-Raphaël, le retour de l’humoriste prodige

thomas marty festival rire saint-raphaël humour humoriste prodige

En cette deuxième soirée du Festival du Rire de Saint-Raphaël, c’est un artiste particulier qui est à l’affiche et que l’on attendait de découvrir sur scène avec impatience.

Le public, principalement composé de sa famille et de nombreux amis, se lève et applaudit avec excitation pour l’entrée sur scène de l’enfant du pays.

Thomas Marty, 28 ans, né à Fréjus et parti conquérir la capitale après une (courte) carrière de gestionnaire de patrimoine, revient ici pour présenter son premier spectacle, qu’il joue pour la quinzième fois seulement.

Et c’est avec un naturel déconcertant qu’il arpente les planches pour raconter son parcours, cette destinée loin d’être toute tracée. Il jongle avec brio entre improvisation, interactions avec le public, thèmes du quotidien auxquels on s’identifie très facilement, et quelques blagues test (ou crash test, mais pas d’incident à déplorer, bien au contraire !).

Saint-Raphaël, il connaît par cœur, alors forcément il adapte quelques références locales dans un spectacle qui était jusque-là destiné à un public parisien, et c’est avec plaisir que les spectateurs l’accompagnent dans ce retour aux sources réussi.

Le couple et son évolution lors d’un emménagement avec sa copine, ses parents et leurs habitudes attendrissantes, son grand-frère et son amour vache, ses potes qui grandissent avec lui… De son enfance à sa nouvelle vie parisienne, tout y passe de manière fluide et ponctuée de rires francs et généreux.

Il l’a fait, ce pari fou mais ce pari réussi. Et on se sent alors privilégiés d’avoir vu éclore ce talent sous nos yeux, d’abord sur les bancs de l’école, puis sur internet avec des petites vidéos simples mais efficaces qui lui ont valu d’être maintenant sur scène, partout en France mais surtout ici à la maison hier soir, avec ce spectacle qui promet une belle et longue aventure devant lui, que l’on continuera de suivre avec attention, et fierté ! 

Allez, la bise Thomas !

Texte et photos par Elodie Moreno