Masquelier, Rachline et Lemaître répondent à Jousse

Lors de notre entretien téléphonique avec Luc Jousse (article à retrouver dans l’édition du jeudi 8 septembre 2022), l’ancien édile de la ville du Rocher nous a confié de nombreuses informations et surtout les raisons qui le poussent à revenir dans la sphère politique du territoire. Au cours de notre conversation et à plusieurs reprises, l’ancien maire de Roquebrune sur Argens a annoncé la couleur : “mon objectif auprès de David Rachline et Frédéric Masquelier est que ce soit Didier Lemaître qui représente les intérêts de Roquebrune et qu’il récupère toutes ses fameuses compétences. Cela se sait que nous sommes amis avec David et Frédéric, nous nous connaissons depuis bien longtemps et je suis un des fondateurs de l’agglomération avec Ginesta et Brun à l’époque. Je dois les rencontrer lors de ma venue sur le territoire”. Info ou intox ? La rédaction a contacté les maires de Fréjus et Saint-Raphaël. Côté Fréjus, David Rachline annonce : “Luc Jousse et moi sommes effectivement amis. Nous nous croisons quand l’occasion se présente et nous nous rencontrerons probablement en toute amitié”. A contrario, le président d’Estérel Côte d’Azur Agglomération et maire de Saint-Raphaël, Frédéric Masquelier infirme les propos de Luc Jousse : “Je n’ai pas vu et je n’ai aucun contact avec Luc Jousse depuis six ans. Je n’ai pas prévu de le rencontrer. Je ferai des propositions pour remplacer ou non les deux vice-présidents dont les délégations ont été retirées”.

Quid de Didier Lemaître ? Au téléphone, l’opposant roquebrunois répond : “comme je l’ai déclaré récemment, j’ai souhaité entrer en contact avec les anciens maires de Roquebrune. En ce qui concerne Jean Paul Ollivier c’est déjà fait. Je souhaiterai rencontrer monsieur Serra si il est d’accord. Quant à monsieur Jousse que je n’ai jamais encore rencontré ni même vu, je l’ai contacté à la suite de sa deuxième publication où il parle de son retour en politique. Nous avons échangé longuement sur ses intentions. Je lui ai exposé ma position, mon objectif pour l’agglomération et c’est tout. Une possible rencontre est toujours d’actualité comme pour les autres anciens maires mais celle-ci n’est pas à l’ordre du jour”.

 

Par : Ibrahim Berbar – Photos : DR

Cave coopérative et musée archéologique : David Rachline répond

La modification du PLU de la ville de Fréjus apporte des détails sur l’avenir de la cave coopérative. Comme l’indique Jean-Luc Epuron, élu d’opposition à la ville de Fréjus, sur une publication Facebook, l’emplacement réservé qui gelait jusqu’à présent l’ancienne cave coopérative “La Fréjusienne” sise rue Henri Vadon, a été supprimé par la ville, “le projet d’équipement public sur la coopérative étant abandonné”. Pour l’élu et le collectif “ArchéoVar Fréjus”, la cave coopérative où le projet était “d’y créer un musée archéologique en plein cœur de ville, à proximité de l’amphithéâtre romain” est tout simplement tombé à l’eau. Le maire de la ville répond, lors d’une interview établie au lendemain du conseil municipal où l’ensemble des opposants ont pointé du doigt la décision concernant la cave coopérative.

Un endroit pas à la hauteur ?

Tandis qu’Angélique Fernandes-Thomann fait remarquer le silence autour du musée archéologique départemental, Emmanuel Bonnemain persiste et signe ; “avec la suppression corrélative de l’emplacement réservé sur l’avenue du 15e corps, vous rendez encore plus compliquée l’installation d’un musée archéologique départemental sur Fréjus. En réalité, vous enterrez définitivement le projet de musée sur la cave coopérative pourtant fléché à cet emplacement depuis 2014”. Sur ce sujet, David Rachline s’explique : “je discute régulièrement avec les partenaires de la commune, que ce soit le département ou l’agglomération, au sujet d’un musée archéologique départemental. Lorsque nous aurons envie d’en parler, nous vous contacterons. Mais je n’ai jamais pensé, pour dire toute la vérité, et même si mon ex premier adjoint (Richard Sert) y était attaché, je n’ai jamais pensé qu’il y avait suffisamment d’espace dans la cave coopérative. On pouvait faire quelque chose comme une salle de spectacle ou un musée archéologique municipal mais ça n’était pas à la hauteur si Fréjus était choisi, pour faire un musée départemental”. 

Discussion en cours

Alors où pourrait-on placer ce futur musée départemental ? Maître Bonnemain continue à croire en un projet en lieu et place du parc du clos de la tour et les groupes facebook à ce sujet rêvent tous d’un musée à Fréjus et non à Saint-Raphaël. Le maire répond : “nous travaillons avec nos partenaires de l’agglomération et du département sur le sujet. Nous avons une vision territoriale de notre travail commun avec le président Frédéric Masquelier. Et nous voulons que le territoire accueille le musée, c’est notre objectif”.