Skip to content

René Zucco : “ Enfin nous reconnaissons ces gens-là et nous leur devions reconnaissance ”

rené zucco mémoires des carriers livre saint-raphaël

Mardi 31 août, le livre “Mémoires des Carriers” a été présenté par Frédéric Masquelier sur la plage du Débarquement au Dramont. Vendu au prix de cinq euros, il retrace l’histoire des carrières de porphyre du Dramont exploitées de 1864 à 1959 et rend hommage à une grande aventure industrielle et humaine. René Zucco, président du Cercle Dramontois, s’exprime. 

En quoi cette soirée est importante pour vous, vous l’amoureux du Dramont ?

C’est important, car c’est une reconnaissance. Si on m’avait donné la parole ce soir, j’aurais dit : “Vous voyez, nous sommes sur une plage historique, à la plage du Débarquement. Mais voir autant de monde rassemblé ici pour évoquer les carriers, c’est historique. Jamais nous n’avions vu ça ! Enfin nous reconnaissons ces gens-là et nous leur devions reconnaissance.
Là, nous sortons le livre et nous travaillons pour faire
“La maison des carriers”, qui va être un mini-musée que nous inaugurerons, espérons le, le 4 décembre. Parce qu’à cette date, c’est la sainte Barbe, la fête emblématique des Carriers. Ce sera un modeste musée où on retrouvera des objets, des outils, tout ce qu’on ne peut pas mettre dans un livre. 

Est-ce un devoir de mémoire important ?

Pour nous, mais aussi pour beaucoup d’autres. Nous faisons souvent des visites guidées du chemin bénévolement, et nous l’avons fait à des centaines de personnes. Beaucoup nous demandent “où est-ce qu’ils peuvent trouver un livre, ou comment se fait-il qu’il n’y en ait pas ?”. Les gens sont étonnés, curieux et veulent en savoir davantage. Quand on parle du Dramont, on parle de l’Île d’Or et du débarquement, et cela se résume à ça. C’est une chose, mais nous ne parlons pas assez de l’épopée humaine. Car c’est 1000 ouvriers, par moments, qui travaillaient là. Je dis toujours que sur toute la Communauté d’Agglomération, tous ceux qui ont un patronyme se terminant par “un i ou un o”, ont des aïeux qui sont passés par là. 

Que retrouve-t-on dans ce livre ?

 

Le livre se veut un peu généraliste, on explique le contexte. Le contexte, c’est la révolution industrielle, le début du tourisme dans la ville de Saint-Raphaël sous l’impulsion de l’ancien maire, Félix Martin. C’est aussi le début des carrières, l’épopée humaine qui se rattache à la vie du quartier. Une vie rude de travail mais très solidaire et conviviale. D’abord parce que les immigrés italiens étaient souvent du même village, et c’était un métier où on n’était pas tout seul. Chacun était tributaire du voisin, qui vous tient et vous aide… Ils étaient tenus de travailler solidairement. Tout cela a fait que les valeurs étaient des valeurs de solidarité, de travail et de rigueur dont nous avons bénéficié nous aussi.

 

Le livre « Mémoires des Carriers » est en vente au Centre Culturel, au prix de cinq euros, et dans les points de vente habituels. « Le cercle Dramontois » sera présent, ce samedi 4 septembre, lors du Forum des associations prévu au Jardin Bonaparte et sur le front de mer. Vous pourrez rencontrer son président René Zucco, fils et petit-fils de carriers.

Par Thomas Lajous – Photo : Thomas Lajous