Skip to content

Puget-sur-Argens : un terrain qui divise

puget-sur-argens terrain divise parking logements polémique

Sur Facebook, c’est une véritable levée de bouclier qui s’opère contre la fermeture d’un terrain au village que les riverains utilisent depuis quelques années maintenant comme parking. Ce terrain accueillera prochainement un nouveau bâtiment de 10 logements sociaux.

 

Ils sont nombreux à avoir réagi aux multiples publications sur Facebook autour de cette future fermeture. Au village, près du lavoir et de la résidence “Cœur de Village”, un terrain vague était devenu avec le temps un parking de fortune, où une soixantaine de véhicules étaient stationnés quotidiennement. Les riverains devront enlever leurs voitures de ce terrain et prendre de nouvelles habitudes de stationnement dès le 6 décembre. “Cela fait un moment que le projet était signé malgré les contestations et les pétitions des riverains. Le maire a fait la sourde oreille et un panneau aujourd’hui, nous indique que nous ne pouvons plus nous garer à partir du 6 décembre. Il n’y a plus rien à faire”, explique Héloïse Garcia, habitante du quartier de Puget et usagère de ce stationnement.

 

Un parking de fortune

 

Ce terrain n’était initialement pas un parking”, explique El-Hani Morati, adjoint à la police municipale de Puget-sur-Argens avant d’ajouter, “le problème vient de la gentillesse du promoteur. Si cette partie du terrain privée avait été grillagée, il n’y aurait pas eu autant de bruit et de levée de bouclier contre la mairie. Aussi il faut souligner qu’à Puget-sur-Argens, aucun parking n’est payant”. La fermeture du terrain par le propriétaire promoteur découle du démarrage de la construction d’un bâtiment prévu depuis longtemps sur cet emplacement.


Le projet est abouti et consiste à créer dix logements sociaux en bas du terrain, en face des Senioriales. Sous la résidence, le promoteur réalise 10 parkings selon la règle d’un stationnement par logement. Toute la partie restante qui aujourd’hui est occupée par des véhicules et des épaves, va être rétrocédée, une fois la promotion réalisée, à la ville qui pourra profiter d’un espace pour y loger une vingtaine de véhicules”, explique Jean-François Moissin, premier adjoint de la ville de Puget-sur-Argens, délégué à l’urbanisme. Les riverains devront donc s’armer de patience pour profiter du futur « vrai » parking. En attendant, 48 stationnements ont été créés dans les rues à proximité.

 

Nous essayons d’être vigilants quant aux stationnements abusifs, et, avec l’élu aux Grands Travaux, sous l’égide du maire, nous travaillons régulièrement pour dégager des places. Mais sur les terrains privés nous ne pouvons pas intervenir sans accord du propriétaire. Il y a un véritable dérapage médiatique sur le sujet qui s’opère sur les réseaux sociaux. Il y a un travail à faire certes, mais nous ne pouvons pas faire n’importe quoi”, ajoute Serge Pellegrino, adjoint à la sécurité et à la prévention des risques à Puget-sur-Argens.


Sur Facebook, les commentaires sont très nombreux, et les utilisateurs soulèvent de nombreux problèmes, notamment la requalification en cave ou garde-meuble des box et garages par les propriétaires du secteur, ou encore la récupération politique de certains pugétois. Selon Carole Farkane, résidente pugétoise et ancienne élue à la ville, “ce problème a été repris à des fins politiques. Certaines personnes se sont permis d’insulter monsieur le maire, qui est un représentant de l’État. Les gens du RN ont repris le dossier, et ont sauté sur l’occasion pour récolter de nouvelles voix. Habituellement, nous ne voyons jamais ces gens dans le village et lors des conseils municipaux, ces derniers participent à peine et s’abstiennent ou votent pour toutes les motions à l’ordre du jour”.

 

Retrouvez plus de détails sur ce sujet dans la prochaine édition de notre journal, le 2 décembre 2021 chez votre marchand de journaux.

 

Texte et photos par Ibrahim Berbar