Skip to content

Nul frustrant entre le SRVHB et Chambéry

srvhb saint-raphaël handball compétition

Alors que le SRVHB a longtemps mené dans cette rencontre comptait pour la 27e journée de Lidl Starligue, le club raphaëlois a finalement partagé les points avec Chambéry (25-25). Place désormais à Nantes (26/05) et Paris (30/05) lors des deux prochaines journées.

 

Un poteau. Sur un ultime tir de Gayduchenko, le SRVHB aurait pu arracher la victoire. Mais c’est finalement sur un score de parité que les deux équipes se sont séparées, mettant fin à une lutte extrêmement serrée, surtout lors du deuxième acte.

Car, en première mi-temps, les coéquipiers de Xavier Barachet, deuxième marqueur raphaëlois (4 buts) derrière Gayduchenko (5 buts), ont parfaitement maîtrisé les débats. Forts d’une bonne entame, aussi sérieuse que solide (3-0 après 6 minutes de jeu), au cours d’un match où le rythme n’a pas toujours été là, les locaux ont petit à petit pris la mesure de leur adversaire, comptant jusqu’à 5 buts d’avance (12-7, 24’20).

Une avance d’autant plus confortable que la défense varoise s’est montrée des plus solides, à l’image des 7 arrêts d’Alexandre Demaille (10 en tout) en première période, de quoi rentrer aux vestiaires sur un +4 (14-10).

Tuer le match

Alors que les handballeurs raphaëlois sont repartis sur les mêmes bases à leur retour des vestiaires, quelques sautes de concentration sont venues entacher leur partie, jusque là sans réelle fausse note. Des pertes de balle, des tirs manqués, des contres mal négociés, et revoilà Chambéry dans la course.

Plus friables derrière, il n’en a pas fallu plus aux visiteurs pour recoller au score petit à petit. Malgré quelques actions de classe, à l’image de cette passe de Melic, du coin droit, vers Barachet, arrivant de la gauche, pour le plus beau but de cette partie, les Raphaëlois n’ont pas été en mesure de conserver leur avantage, voyant même Chambéry passer devant pour la première fois de la rencontre à la 53e minute (22-23).

Si le SRVHB a pu compter sur Raphaël Caucheteux, l’homme aux plus de 2 000 buts, pour égaliser avant de repasser devant grâce à Xavier Barachet, c’est finalement Gayduchenko, l’homme des fins de match, qui a égalisé, avant de taper le poteau pour la deuxième fois de la partie sur l’ultime action…

 

Place maintenant à Nantes, mercredi, et Paris, dimanche, deux rencontres que le SRVHB jouera à l’extérieur avant d’accueillir Istres pour le dernier match à domicile de la saison, le 2 juin.

 

Réactions d’après-match 

Xavier Barachet /

« On a livré un bon match, on s’est un peu retrouvé, malgré nos derniers matches ou on n’arrivait pas trop à bien jouer, là on a un peu retrouvé notre fond de jeu, mais malheureusement, on n’a pas réussi à tuer le match avec des ballons à six mètres ou des pertes de balle en deuxième mi-temps, où on aurait pu passer devant et je pense tuer le match.

Après Chambéry s’est hyper bien battu,  a tout donné jusqu’au bout, c’est une belle équipe qui joue bien en ce moment, ils se sont accrochés et ça se termine sur un match nul qui est, je pense, équitable. Si on avait marqué sur ces 2-3 ballons, ça nous aurait facilité la tâche et il aurait été difficile pour Chambéry de revenir, mais on n’a pas réussi à le faire.

Ce ne sont pas de gros problèmes de jeu, il faut juste être plus tueur et gagner en concentration pour gagner ce match. On a un peu manqué d’énergie en fin de match, on a joué il y a juste trois jours, on est en fin de saison et les organismes commencent à tirer, mais on a fait des rotations et on ne peut pas se cacher derrière ça, il faut qu’on arrive à tuer ce genre de matches. »

Alexandre Demaille / 

« On fait une très bonne première mi-temps, on est très bien défensivement et derrière je suis bien aussi, on monte bien les ballons, on attaque bien. En deuxième mi-temps, on a un temps faible, mais on réussit à faire en sorte qu’ils ne passent pas devant, alors que c’était souvent le cas, après ça se joue sur des petits détails.

On recule un peu plus en défense, je fais moins d’arrêts aussi, donc ils reviennent au score. On ne lâche pas, on reste concentré, on réussit nous aussi à revenir et Gayduchenko, il nous avait déjà mis deux fois le dernier but, aujourd’hui ça tombe sur le poteau… Mais on s’est bien battu, c’est notre troisième match en une semaine, donc physiquement ça commence à être dur. Il y a de bonnes choses à retenir. On avait du mal défensivement et je pense que ce soir on défend très bien pendant 40 minutes.

On rate quelques shoots à six mètres, c’est le jeu, il y a aussi le gardien en face, la fatigue joue également. Il faut apprendre à tuer les matches. On va à Nantes et Paris, ça ne va pas être les matches les plus simples, mais il faut continuer de bosser là-dessus. (Sur le coup reçu en cours de match) Sur une parade, je suis tombé sur le côté et ça m’a mis un coup en première mi-temps, et en deuxième, je l’ai senti gonfler, et sur le dernier tir, le joueur me remet un coup dessus en allant au shoot. C’est le risque du métier (rires). » 

 

Par Romain Chardan