Skip to content

Le street art du numérique

résonances urbaines street art numérique saint-raphaël

A la médiathèque de Saint-Raphaël, on vit aussi le troisième festival « Résonances Urbaines » en numérique. Notamment grâce à un jeu de graffiti et une visite de musée en réalité virtuelle proposés au public.  

« La VR (réalité virtuelle) est le produit phare, c’est le plus utilisé ici », explique Sébastien Nalepka, médiateur numérique à l’espace « Cré@lab » du Centre Culturel de Saint-Raphaël.

Si plusieurs animations sont proposées dans la commune dans le cadre du festival Résonnances urbaines, la médiathèque invite à fêter l’art du graffiti de manière virtuelle, avec le logiciel « Kingspray Graffiti VR ».

« Ce logiciel permet de se projeter dans plusieurs endroits du monde. Par exemple, on peut se téléporter dans des rues, des métros ou des bidonvilles pour graffer ». Depuis le début de cette troisième édition, plus d’une centaine de personnes s’y sont essayées.

Si les joueurs sont ravis de leurs graffitis réalisés dans le jeu, ils peuvent même repartir avec leurs dessins imprimés ou « sauvegarder leur partie en cours puis revenir les jours suivants ». 

Le street art en musée virtuel

« Ici, on peut profiter des collections street art de manière virtuelle, avec des artistes connus du milieu », précise Barbara Hubert, responsable du musée numérique Micro-Folie du Centre Culturel.

Dans une salle proche du « Cré@lab » à la médiathèque, on propose la visite virtuelle de l’UMA, Universal Museum of Art. Un musée virtuel partageant des expositions uniques.

« C’est gratuit. On s’installe, puis avec ses doigts, on rentre dans les galeries et on clique sur les œuvres pour avoir plus d’informations. On propose cela pendant Résonances Urbaines, mais aussi pour chaque événement mis en place par la ville »

Par Thomas Lajous – Photos : Thomas Morganti

résonances urbaines street art numérique saint-raphaël