Skip to content

Le Conseil de Surveillance du CHI Bonnet réagit

Le président d’Estérel Côte d’Azur n’en finit pas de défendre les intérêts du centre hospitalier de Fréjus / Saint-Raphaël. Suite à la fermeture des urgences de nuit de l’hôpital de la Dracénie et des répercussions directes sur le CHI Bonnet, Frédéric Masquelier, après avoir interpellé les médias puis les édiles des communes du Var au salon des Maires, ce dernier, en sa qualité de président du Conseil de Surveillance du CHI Bonnet a convoqué lundi 8 novembre une assemblée extraordinaire pour évoquer la situation actuelle et dénoncer cette décision prise sans concertation préalable avec les acteurs du territoire par l’Agence Régionale de Santé (ARS), le Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) et le Centre Hospitalier de la Dracénie (les acteurs de santé et les élus du CHI de Fréjus / Saint-Raphaël, n’avaient pas été informés en amont et n’ont pas été consultés ou associés à ce choix). Le Conseil de Surveillance a ainsi adopté trois motions par lesquelles : 

 

– il demande à ce que le Comité Territorial des Elus Locaux qui ne s’est jamais réuni depuis la création du GHT en juin 2016, soit convoqué en urgence pour se saisir notamment de ce dossier ainsi que des questions liées à l’offre de soin et aux investissements à réaliser dans les établissements hospitaliers du département du Var ; 

 

– il marque son soutien – alors que se profile une 5e vague COVID et le retour des épidémies saisonnières – à l’ensemble du personnel hospitalier et demande instamment à l’ARS de débloquer les moyens nécessaires à la réalisation devenue encore plus indispensable qu’auparavant des travaux d’extension et de mise aux normes du service des urgences de l’hôpital Bonnet. 

 

– il rappelle à l’Etat ses obligations en matière de couverture de soins et l’invite à prendre toutes les mesures de court et moyen terme afin de permettre la réouverture du service de nuit des urgences du Centre Hospitalier de Draguignan avant la mi-décembre.