Skip to content

Monique Atlan et Roger-Pol Droit : « La limite est la condition du vivant »

interview carte blanche monique atlan roger-pol droit limites

Monique Atlan et Roger-Pol Droit assurent un week-end de Carte Blanche à Saint-Raphaël ces 6 et 7 novembre. Au menu, conférence, table ronde et échanges autour du thème de leur dernier ouvrage commun, les limites. Interview.

Elle est essayiste et journaliste. Il est philosophe et écrivain. Si cela reste cependant réducteur pour évoquer Monique Atlan et Roger-Pol Droit, ces sommaires qualificatifs permettent de poser les bases avant de s’adresser à eux. D’autant que le duo se connaît bien pour travailler ensemble depuis plusieurs années. Si leur dernier livre écrit ensemble, « Le sens des limites », est sorti cette année (Éditions de l’Observatoire), ce n’est pas leur première danse, tous deux ayant déjà co-signé deux autres ouvrages. Le premier, en 2012, « Humain : une enquête philosophique sur ces révolutions qui changent nos vies (Flammarion). Le deuxième, en 2016, intitulé « L’espoir a-t-il un avenir ? ».

Comment sont nés ces week-end de « Carte blanche » ?

Roger-Pol Droit (R-P.D.) : C’est la quatrième édition en six ans, car nous avons été interrompus par la Covid et les confinements. Cela s’est mis en place sur demande du maire, Frédéric Masquelier, qui, en parallèle des autres manifestations, souhaitait quelque chose qui mêle à la fois de la réflexion sur les idées et des invités qui sont soit des philosophes, des romanciers, des hommes de science… Nous donnons une grande conférence le premier soir (voir encadré) et le lendemain, nous présentons nos invités avant de passer à la table ronde où tout le monde est réuni sur le même thème que celui abordé lors de notre conférence. 

La conférence de cette édition porte sur les limites, le thème développé dans votre dernier ouvrage commun. D’où est venue l’idée de travailler sur ce point ?

Monique Atlan (A.T) : Nous avons publié trois livres ensemble, dont un intitulé « Humain : une enquête philosophique sur ces révolutions qui changent nos vies ». Notre travail, mené auprès de 50 chercheurs internationaux, a été réalisé à une époque où tous les mouvements du numérique, des sciences cognitives, de l’intelligence artificielle, de l’informatique prenaient leur essor. Nous nous sommes rendus compte que pour tous ces domaines, le fil conducteur était la question de la limite et de l’illimité. Et nous avons eu envie de prolonger cette réflexion car nous pensons qu’il y a une crise des limites contemporaines se traduisant de deux façons. 

Lesquelles ?

M.A : Nous avons soit la tentation d’aller vers l’illimité, soit, en réaction, faire un rappel très fort, très autoritaire, de toutes les limites et ce dans tous les domaines, qu’il s’agisse de frontières, en matière d’écologie, de décroissance, etc. Nous avons établi le constat qu’un problème se posait autour de la limite, et la pandémie n’a fait qu’éprouver, au niveau de chacun d’entre nous, très charnellement, ce qu’était le problème de la limite, avec les masques, la distanciation, etc. La somme de toutes ces choses fait qu’on a eu envie de questionner l’idée de la limite.

Interview complète à retrouver dans le numéro 27 de l’horizon, en vente du 4 au 10 novembre dans nos points de vente habituels.

Les 6 et 7 novembre, la ville de Saint-Raphaël donne carte blanche à Roger-Pol Droit et Monique Atlan au Palais des Congrès. Leur conférence a lieu le samedi à 18h59 et traitera donc de la problématique « Pourquoi vivons-nous une crise de limites ? » Afin de prolonger la réflexion autour de cette thématique, ils recevront le lendemain Aldo Naouri, pédiatre ayant publié une vingtaine d’ouvrage (rencontre animée par Monique Atlan à 11H) puis Pascal Picq, paléontologue et maître de conférence au Collège de France (rencontre animée par Roger-Pol Droit à 14h). À 15 heures, un débat aura lieu autour de la question « Où sont les limites », avec l’ensemble des personnalités sus-citées, ainsi que Aurélie Jean, docteure en science et entrepreneure. Le tout est accessible gratuitement sur réservation.

Par Romain Chardan