Skip to content

Fréjus : Les jeunes auront leur propre conseil municipal

ville fréjus conseil municipal jeunes

Hier soir s’est tenu le conseil municipal de Fréjus. Dernier de l’année 2021, les élus ont discuté une cinquantaine de motions, revenant notamment sur le budget de la ville (à retrouver en détail dans notre édition du 2 décembre). Parmi les sujets à l’ordre du jour, la municipalité a voté la création d’un conseil municipal des jeunes. Motion votée à l’unanimité et saluée par l’opposition, malgré quelques remarques constructives.

Initialement réservé aux collégiens

Imane El Hakkadi, élue à la ville de Fréjus et déléguée à la jeunesse a présenté lors du conseil la création d’un conseil municipal des jeunes qui sera mis en place dès le début de l’année 2022. Ce conseil regroupera huit jeunes issus des collèges de la ville pour une durée de deux ans. Encadrées par des animateurs jeunesse de la ville de Fréjus, des commissions sur des thèmes spécifiques feront l’objet de réunions à raison d’une fois par mois minimum, et les jeunes élus se réuniront une fois par trimestre pour une séance plénière, rendant des comptes au maire de la ville.

Si l’opposition a salué cette décision, à l’instar de Robert Icard qui a tenu a félicité la ville en rappelant que François Léotard avait initié un conseil du même genre à la fin des années 1970 et proposant son aide le cas échéant, quelques discussions et remarques ont émané du fond de la salle Riculphe. Emmanuel Bonnemain, après avoir fait remarquer que cette idée était dans le programme du groupe “notre parti c’est Fréjus” lors des dernières municipales, a déploré le fait que la majorité municipale ait tant tardé à réaliser ce projet et s’interroge sur l’absence de lycéens dans le dispositif.

Richard Sert, quant à lui, a demandé si un budget était alloué aux actions de ce futur conseil des jeunes. David Rachline a aussitôt répondu qu’il était possible d’attribuer un budget aux futures actions qui peuvent émaner des jeunes élus. Débattant sur l’avenir du dispositif, Annie Soler salue le principe et invite le maire et sa majorité à travailler dès à présent sur un projet de conseil intercommunal des jeunes. Le maire reste ouvert à cette idée : “il n’est pas impossible que nous élargissions le dispositif. Je ne manquerai pas de le proposer au président de la communauté d’agglomération et je vous invite à lui en parler aussi”.

Les opposants ont tous tenu à soulever l’absence des lycéens dans le dispositif. Annie Soler ajoute que l’échange et le mentorat que pourrait apporter les lycéens aux collégiens élus pourraient être un atout majeur au futur conseil municipal des jeunes. Imane El Hakkadi justifie le choix de la municipalité : “ce dispositif est mis en place pour lutter contre l’insécurité et le décrochage scolaire. L’engagement est grand et demande beaucoup de temps. Aussi, les élèves seront élus pour un mandat de deux ans et par conséquent, les élèves de troisième entrant dans le conseil finiront leurs mandats en étant lycéens”.

Par Ibrahim Berbar – Photo : ville de Fréjus