Skip to content

En attendant l’été, Emma Peters est venue chanter

Familles, groupes d’amis et amoureux, c’est un public éclectique qui a répondu présent au premier rendez-vous pré-estival donné par En attendant l’été, à Saint-Raphaël. Après deux premières parties pleines de talent et de groove, c’est une révélation de la scène française, du nom d’Emma Peters, que l’on a retrouvé en tête d’affiche d’une belle soirée musicale à l’Estérel Arena ce vendredi 22 avril.

C’est dans une ambiance lounge et chaleureuse que Jérémy Kola commence la soirée, suivi de ses amis, les talentueux John Wadies & Tim. Après plus d’une heure de « seconde partie », entre charme et complicité, Jérémy les rejoint pour leur dernière chanson avant de laisser place à une jeune femme enjouée au look américain : bombers rouge, jeans et baskets blanches, Emma Peters débarque sur scène et commence par Gisèle, une des reprises qui l’a revélée.  

La jeune femme de vingt-cinq ans vient de sortir son premier album prénommé « Dimanche », comme un clin d’oeil à ce jour où elle postait une vidéo chaque semaine depuis sa chambre, et qui lui a visiblement porté bonheur. Car de Youtube à la scène, il n’y a qu’un pas.. de plus de 50 millions de streams ! Jeune auteure-compositrice-interprète autodidacte, la seule chanson de son album qu’elle n’a pas écrite, l’a été par Ben Mazué. L’artiste récompensé aux Victoires de la musique, dont elle a eu la chance récemment de faire quelques premières parties lors de sa tournée des Zéniths (rien que ça !), estimait avoir trop écrit de chansons de rupture pour la réédition de son propre album. Mais « Allez salut » lui a fait penser à elle. La chanson lui allant comme un gant, la jeune femme n’a pas hésité.

Pendant une bonne heure d’un doux mélange inattendu de rap, de poésie et de bossa, la chanteuse oscille entre chansons originales telles que Fous, ou Je Mens, et reprises bien connues à l’instar de Clandestina. Parfois s’accompagnant seule de sa guitare, qu’elle n’ose lâcher que pour une seule chanson, d’autres fois rejointe par ses deux musiciens, Dave et Steph, qui viennent y ajouter clavier, basse et autres pads électroniques. Et la magie opère, le public, déjà sous le charme de sa voix envoûtante, connaît les paroles et n’hésite pas à faire les chœurs. Lorsque la fin approche, il ne peut d’ailleurs pas résister plus longtemps à se lever et danser avec elle sur Le temps Passe.

Après une sortie de scène très rapide, elle revient volontiers sous les « une autre, une autre » scandés avec ferveur par un public conquis qui savoure le rappel tout doux guitare-voix de Magnolia For Ever, avant une toute dernière cette fois, accompagnée de ses musiciens.

Si vous n’avez pas eu la chance de vivre cet avant-goût d’été, vous pourrez vous rattraper le 13 mai prochain, toujours à l’Estérel Arena mais cette fois sous les rythmes électros du célèbre collectif Bon Entendeur !

 

Texte et photos par Elodie Moreno