Skip to content

Débats houleux

conseil municipal roquebrune débats houleux

Lors du conseil municipal du 8 avril à Roquebrune, les débats ont été agités. En première ligne, Julien Luchini, élu d’opposition et poil à gratter de la majorité. 

 

L’ordre du jour contenait 46 points. 26 étaient dédiés aux finances et au budget primitif de la ville. Le conseil municipal du 8 avril a duré plus de quatre heures. Et si les débats ont été aussi étirés, c’est aussi et surtout parce que les passes d’armes ont été nombreuses au cours de cette séance. Et la demande de Ken Tissier, pour des conseils municipaux tous les deux mois, afin d’éviter des sessions aussi longues, a été balayée du revers de la main par Jean Cayron, l’édile roquebrunois. 

conseil municipal roquebrune débats houleux

Le maire a d’ailleurs été rapidement interpellé par son meilleur ennemi, Julien Luchini, élu d’opposition, alors que les comptes 2020 étaient mis en avant. « J’aimerais que vous remerciez l’équipe de votre prédécesseur, car vous n’êtes arrivés qu’en juillet 2020. Nous vous attendons au budget suivant« , a ainsi lâché Luchini. Jean Cayron n’a pas manqué de lui répondre, parlant de « cadavres dans les placards » et de « grenades dégoupillées sous le ventre« . Malgré l’insistance de Luchini pour que Cayron vide son sac, le maire s’est arrêté là. Ambiance.

Luchini en première ligne, Tissier plus modéré

L’échauffement terminé, le match a repris lors du vote du budget. Si Luchini a rapidement avancé que son groupe était, « par principe, contre toutes vos propositions de budget« , il a aussi rappelé que la non-augmentation de la fiscalité ne datait pas d’aujourd’hui.

Avant de s’en prendre aux ambitions de la majorité. « Vous n’augmentez pas la fiscalité, mais cela est le cas depuis 6 ans. Le budget est sans ambition pour notre commune. Il faudra 33 ans aux roquebrunois pour voir la réfection de toutes les routes, vous laissez pousser des immeubles à plusieurs étages vue sur mer aux Issambres. Pour l’art et la culture, pas grand chose, si ce n’est une maison de la Préhistoire, sûrement en référence à une gestion préhistorique que je suis en train de découvrir. Et pour le fonctionnement vous allez à la chasse à la ramette de papier de trop, au stylo de trop, à l’heure supplémentaire de trop. Il n’y a pas grand chose pour la culture, sauf votre musée préhistorique, comme votre gestion. »

conseil municipal roquebrune débats houleux

Si Jean Cayron s’est questionné à voix haute sur la nécessité de répondre au « visionnaire », Jacques Bacquet a rappelé l’encours de la dette et le manque de proposition de l’opposition, de même que la caricature faite du budget par ces derniers.

La réponse à Ken Tissier fut plus délicate, qui regrettait que les comparaisons faites avec 2020 soient sur le prévisionnel 2020 et non les comptes administratifs, soulignant au passage l’augmentation de 5,25% de la masse salariale. « On n’est pas contre l’augmentation des petits salaires, mais on sera contre de nouvelles embauches. On ne veut pas crier au loup, juste jouer les garde-fous« , a ainsi souligné Tissier. 

conseil municipal roquebrune débats houleux

Les associations cristallisent les tensions

L’autre grand point d’achoppement de ce conseil municipal a été les attributions des subventions aux associations. Et là encore, Luchini a frappé le premier. « Vous avez demandé lorsque vous étiez dans l’opposition, de participer aux arbitrages, et là vous avez fait mieux, on est mis devant le fait accompli. J’aurais aimé voir dans ce tableau les sommes demandées par les présidents et celles allouées, parce que là on peut se poser des questions, il n’y a pas de transparence.  » 

conseil municipal roquebrune débats houleux

Avant de couper court au débat lorsque Robert Masson lui a demandé depuis quand il était sur la commune. Mais Julien Luchini a reçu le soutien de Ken Tissier, lequel a souligné que son groupe « aimerait un tableau plus complet, avec qui a demandé et combien, afin de savoir éventuellement pourquoi une association n’aurait pas reçu de subvention. » Une formulation moins « suspicieuse » soulignée par Jean Cayron. La suite des débats a été plus calme et les envolées lyriques n’ont plus été de la partie, permettant de finir ce conseil dans une atmosphère plus détendue. 

 

Par Ibrahim Berbar (avec Romain Chardan) – Photos : Capture d’écran YouTube.