Skip to content

David Rachline, « Un projet très équilibré »

Le maire de Fréjus, comme son homologue raphaëlois, a répondu aux médias à l’issue de la réunion publique de la Promena des Bains. Il en a notamment profité pour éteindre la rumeur selon laquelle le marché de Fréjus-Plage allait disparaître, soulignant néanmoins qu’il serait sans doute « réorganisé ».

 

Qu’avez-vous pensé de cette réunion ? 

Elle est très positive, avec une participation considérable avec plus de mille personnes, un état d’esprit bienveillant avec un certain nombre de sujets d’inquiétudes sur lesquels il nous fallait répondre, et tout au long de la concertation qui va continuer, nous allons tenter de convaincre encore plus, même si je crois que c’est déjà fait en partie au vu de ce qui est paru dans les sondages dans les médias locaux. 

Quid du marché de Fréjus-Plage ?

Oui, c’était la rumeur de l’été, je n’ai pas trop compris d’où cela pouvait venir. Qu’il faille le réorganiser un petit peu, le restructurer, évidemment, mais vous vous doutez bien que je ne vais pas basculer un élément essentiel de la vie économique de Fréjus-Plage et pour lequel il y a un vrai attachement, à la Base Nature ou autre, ça n’aurait aucun sens.

Certains avancent que le projet penche plus sur Saint-Raphaël que Fréjus, est-ce votre avis aussi ?

Pas du tout. Je crois qu’il est très équilibré, dans le pacte de gouvernance, il y a des éléments structurants, que ce soit la Promenade des Bains, mais aussi sur d’autres sujets, je pense au stade de football qui sera réalisé à Fréjus, vous le savez, mais ce pacte de gouvernance est un ensemble de gouvernance, c’est aussi le soutien de l’agglomération pour avoir et obtenir le musée archéologique à Fréjus. C’est extrêmement équilibré et nous veillons, très sereinement, avec Frédéric Masquelier, à respecter cet équilibre. 

Que pensez-vous des inquiétudes évoquées pour la Place de la République vis-à-vis des aléas submersion ?

Vous avez deux candidats en mal d’élection qui essaient de faire de la mousse, si j’ose dire, autour de ce sujet-là. 

Vous pensez qu’ils se servent de ce sujet-là pour saboter le projet ?

Il y a 84 % des gens qui sont favorables au projet, donc de sabotage, il n’y aura pas. Ils se servent de ça pour faire de la mousse autour de ce sujet, mais les experts ont parlé, les élus majoritaires ont tranché et j’ai, je pense, un certain nombre d’arguments. Et il y a plus de 70 % d’opinion populaire, notamment du fait de la centralité de cet endroit. Je ne fais pas ça là parce que je me suis levé un matin avec cette idée. Et on a l’expérience de Paul Vernet au centre-ville, car lorsque les gens n’arrivent pas à s’y garer, ils vont ailleurs pour fréquenter d’autres commerces. Il faut être au plus proche des commerces et lieux de vie, c’est manifestement accepté, sauf par 2-3 personnes qui font entre 0,6 et 10 % aux élections. Ils sont là et je les entends, mais je suis là pour décider et trancher. 

 

Propos recueillis par Romain Chardan – Photo : Franck Bessiere / ECAA