La der’ des Z’Enfoirés de Puget-sur-Argens

Ce dimanche, les Z’Enfoirés de Puget-sur-Argens donnent rendez-vous pour leur dernière sortie avant de tirer leur révérence. Rendez-vous à 16 heures à l’espace Victor Hugo.

 

15 ans de bons et loyaux services. Les Z’Enfoirés de Puget-sur-Argens vont baisser le rideau, aujourd’hui, après 15 années placées sous le signe de la solidarité. Et pour tirer leur révérence, ceux qui ont œuvré pour les plus démunis au cours des quinze dernières années ont organisé la projection de leur dernier concert, celui de 2019.

Une projection organisée à l’espace Victor Hugo, gratuite, et pour laquelle est demandée à toute personne souhaitant y assister d’apporter un sac de denrées. Un moyen pour les Z’Enfoirés de boucler la boucle en collectant, une dernière fois, de quoi aider ceux dans le besoin jusqu’au bout. CEs denrées et fournitures seront ensuite distribuées par Puget Solidarités dans les semaines à venir.

Alors, à votre bon cœur m’sieurs, dames.

 

Le port du masque évolue dans le Var

La préfecture vient d’annoncer de nouvelles règles quant au port du masque dans le Var. Il est donc obligatoire pour toute personne de plus de 11 ans jusqu’au 10 décembre, notamment lors de diverses manifestations.

 

Avec la hausse du taux d’incidence sur le département, il fallait s’y attendre. Aujourd’hui au-delà des 230 cas pour 100 000 habitants, cela a donc pour incidence de renforcer le port du masque, comme l’annonce ce jour la préfecture, et ce, a minima, jusqu’au 10 décembre pour toute personne âgée de 11 ans et plus. « Ainsi, un arrêté préfectoral, publié ce jour, maintient le port du masque obligatoire sur l’ensemble des communes du département du Var et pour tout événement public générant un rassemblement important de population sur les marchés de plein air alimentaires et non alimentaires, les marchés de Noël et les villages de Noël, les brocantes et vide-greniers, les ventes au déballage, les foires et fêtes foraines,  pour tout rassemblement sur la voie publique, que ce soit, par exemple, un spectacle, une manifestation, une cérémonie patriotique ou autre, un rassemblement lors de tirs de feux d’artifice, un événement sportif de plein air, sur le parvis et les quais des gares (routières, ferroviaires et maritimes), les abris et stations d’attente des transports en commun , à l’entrée des établissements scolaires et des lieux de culte, dans les files d’attente, sur les parkings, les accès et les circulations piétonnes à ciel ouvert des centres commerciaux et des zones commerciales. »

À noter également que le port du masque, depuis les annonces du ministre de la Santé, est de nouveau obligatoire dans les lieux établissements soumis au pass sanitaire.

 

Romain Chardan (avec communiqué) – Photo : R.C.

Cave coopérative et musée archéologique : David Rachline répond

La modification du PLU de la ville de Fréjus apporte des détails sur l’avenir de la cave coopérative. Comme l’indique Jean-Luc Epuron, élu d’opposition à la ville de Fréjus, sur une publication Facebook, l’emplacement réservé qui gelait jusqu’à présent l’ancienne cave coopérative “La Fréjusienne” sise rue Henri Vadon, a été supprimé par la ville, “le projet d’équipement public sur la coopérative étant abandonné”. Pour l’élu et le collectif “ArchéoVar Fréjus”, la cave coopérative où le projet était “d’y créer un musée archéologique en plein cœur de ville, à proximité de l’amphithéâtre romain” est tout simplement tombé à l’eau. Le maire de la ville répond, lors d’une interview établie au lendemain du conseil municipal où l’ensemble des opposants ont pointé du doigt la décision concernant la cave coopérative.

Un endroit pas à la hauteur ?

Tandis qu’Angélique Fernandes-Thomann fait remarquer le silence autour du musée archéologique départemental, Emmanuel Bonnemain persiste et signe ; “avec la suppression corrélative de l’emplacement réservé sur l’avenue du 15e corps, vous rendez encore plus compliquée l’installation d’un musée archéologique départemental sur Fréjus. En réalité, vous enterrez définitivement le projet de musée sur la cave coopérative pourtant fléché à cet emplacement depuis 2014”. Sur ce sujet, David Rachline s’explique : “je discute régulièrement avec les partenaires de la commune, que ce soit le département ou l’agglomération, au sujet d’un musée archéologique départemental. Lorsque nous aurons envie d’en parler, nous vous contacterons. Mais je n’ai jamais pensé, pour dire toute la vérité, et même si mon ex premier adjoint (Richard Sert) y était attaché, je n’ai jamais pensé qu’il y avait suffisamment d’espace dans la cave coopérative. On pouvait faire quelque chose comme une salle de spectacle ou un musée archéologique municipal mais ça n’était pas à la hauteur si Fréjus était choisi, pour faire un musée départemental”. 

Discussion en cours

Alors où pourrait-on placer ce futur musée départemental ? Maître Bonnemain continue à croire en un projet en lieu et place du parc du clos de la tour et les groupes facebook à ce sujet rêvent tous d’un musée à Fréjus et non à Saint-Raphaël. Le maire répond : “nous travaillons avec nos partenaires de l’agglomération et du département sur le sujet. Nous avons une vision territoriale de notre travail commun avec le président Frédéric Masquelier. Et nous voulons que le territoire accueille le musée, c’est notre objectif”.

Fréjus : Les jeunes auront leur propre conseil municipal

ville fréjus conseil municipal jeunes

Hier soir s’est tenu le conseil municipal de Fréjus. Dernier de l’année 2021, les élus ont discuté une cinquantaine de motions, revenant notamment sur le budget de la ville (à retrouver en détail dans notre édition du 2 décembre). Parmi les sujets à l’ordre du jour, la municipalité a voté la création d’un conseil municipal des jeunes. Motion votée à l’unanimité et saluée par l’opposition, malgré quelques remarques constructives.

Initialement réservé aux collégiens

Imane El Hakkadi, élue à la ville de Fréjus et déléguée à la jeunesse a présenté lors du conseil la création d’un conseil municipal des jeunes qui sera mis en place dès le début de l’année 2022. Ce conseil regroupera huit jeunes issus des collèges de la ville pour une durée de deux ans. Encadrées par des animateurs jeunesse de la ville de Fréjus, des commissions sur des thèmes spécifiques feront l’objet de réunions à raison d’une fois par mois minimum, et les jeunes élus se réuniront une fois par trimestre pour une séance plénière, rendant des comptes au maire de la ville.

Si l’opposition a salué cette décision, à l’instar de Robert Icard qui a tenu a félicité la ville en rappelant que François Léotard avait initié un conseil du même genre à la fin des années 1970 et proposant son aide le cas échéant, quelques discussions et remarques ont émané du fond de la salle Riculphe. Emmanuel Bonnemain, après avoir fait remarquer que cette idée était dans le programme du groupe “notre parti c’est Fréjus” lors des dernières municipales, a déploré le fait que la majorité municipale ait tant tardé à réaliser ce projet et s’interroge sur l’absence de lycéens dans le dispositif.

Richard Sert, quant à lui, a demandé si un budget était alloué aux actions de ce futur conseil des jeunes. David Rachline a aussitôt répondu qu’il était possible d’attribuer un budget aux futures actions qui peuvent émaner des jeunes élus. Débattant sur l’avenir du dispositif, Annie Soler salue le principe et invite le maire et sa majorité à travailler dès à présent sur un projet de conseil intercommunal des jeunes. Le maire reste ouvert à cette idée : “il n’est pas impossible que nous élargissions le dispositif. Je ne manquerai pas de le proposer au président de la communauté d’agglomération et je vous invite à lui en parler aussi”.

Les opposants ont tous tenu à soulever l’absence des lycéens dans le dispositif. Annie Soler ajoute que l’échange et le mentorat que pourrait apporter les lycéens aux collégiens élus pourraient être un atout majeur au futur conseil municipal des jeunes. Imane El Hakkadi justifie le choix de la municipalité : “ce dispositif est mis en place pour lutter contre l’insécurité et le décrochage scolaire. L’engagement est grand et demande beaucoup de temps. Aussi, les élèves seront élus pour un mandat de deux ans et par conséquent, les élèves de troisième entrant dans le conseil finiront leurs mandats en étant lycéens”.

Par Ibrahim Berbar – Photo : ville de Fréjus

Puget-sur-Argens : un terrain qui divise

puget-sur-argens terrain divise parking logements polémique

Sur Facebook, c’est une véritable levée de bouclier qui s’opère contre la fermeture d’un terrain au village que les riverains utilisent depuis quelques années maintenant comme parking. Ce terrain accueillera prochainement un nouveau bâtiment de 10 logements sociaux.

 

Ils sont nombreux à avoir réagi aux multiples publications sur Facebook autour de cette future fermeture. Au village, près du lavoir et de la résidence “Cœur de Village”, un terrain vague était devenu avec le temps un parking de fortune, où une soixantaine de véhicules étaient stationnés quotidiennement. Les riverains devront enlever leurs voitures de ce terrain et prendre de nouvelles habitudes de stationnement dès le 6 décembre. “Cela fait un moment que le projet était signé malgré les contestations et les pétitions des riverains. Le maire a fait la sourde oreille et un panneau aujourd’hui, nous indique que nous ne pouvons plus nous garer à partir du 6 décembre. Il n’y a plus rien à faire”, explique Héloïse Garcia, habitante du quartier de Puget et usagère de ce stationnement.

 

Un parking de fortune

 

Ce terrain n’était initialement pas un parking”, explique El-Hani Morati, adjoint à la police municipale de Puget-sur-Argens avant d’ajouter, “le problème vient de la gentillesse du promoteur. Si cette partie du terrain privée avait été grillagée, il n’y aurait pas eu autant de bruit et de levée de bouclier contre la mairie. Aussi il faut souligner qu’à Puget-sur-Argens, aucun parking n’est payant”. La fermeture du terrain par le propriétaire promoteur découle du démarrage de la construction d’un bâtiment prévu depuis longtemps sur cet emplacement.


Le projet est abouti et consiste à créer dix logements sociaux en bas du terrain, en face des Senioriales. Sous la résidence, le promoteur réalise 10 parkings selon la règle d’un stationnement par logement. Toute la partie restante qui aujourd’hui est occupée par des véhicules et des épaves, va être rétrocédée, une fois la promotion réalisée, à la ville qui pourra profiter d’un espace pour y loger une vingtaine de véhicules”, explique Jean-François Moissin, premier adjoint de la ville de Puget-sur-Argens, délégué à l’urbanisme. Les riverains devront donc s’armer de patience pour profiter du futur « vrai » parking. En attendant, 48 stationnements ont été créés dans les rues à proximité.

 

Nous essayons d’être vigilants quant aux stationnements abusifs, et, avec l’élu aux Grands Travaux, sous l’égide du maire, nous travaillons régulièrement pour dégager des places. Mais sur les terrains privés nous ne pouvons pas intervenir sans accord du propriétaire. Il y a un véritable dérapage médiatique sur le sujet qui s’opère sur les réseaux sociaux. Il y a un travail à faire certes, mais nous ne pouvons pas faire n’importe quoi”, ajoute Serge Pellegrino, adjoint à la sécurité et à la prévention des risques à Puget-sur-Argens.


Sur Facebook, les commentaires sont très nombreux, et les utilisateurs soulèvent de nombreux problèmes, notamment la requalification en cave ou garde-meuble des box et garages par les propriétaires du secteur, ou encore la récupération politique de certains pugétois. Selon Carole Farkane, résidente pugétoise et ancienne élue à la ville, “ce problème a été repris à des fins politiques. Certaines personnes se sont permis d’insulter monsieur le maire, qui est un représentant de l’État. Les gens du RN ont repris le dossier, et ont sauté sur l’occasion pour récolter de nouvelles voix. Habituellement, nous ne voyons jamais ces gens dans le village et lors des conseils municipaux, ces derniers participent à peine et s’abstiennent ou votent pour toutes les motions à l’ordre du jour”.

 

Retrouvez plus de détails sur ce sujet dans la prochaine édition de notre journal, le 2 décembre 2021 chez votre marchand de journaux.

 

Texte et photos par Ibrahim Berbar

Un premier café des aidants réussi

Ce vendredi après-midi, le premier café des aidants de la ville de Saint-Raphaël a eu lieu au casino Barrière. Avec une quinzaine de participants, cette première a été marquée par l’écoute et le réconfort des uns envers les autres. La deuxième édition aura lieu le 10 décembre prochain.

 

Les représentantes de la ville et du CCAS se sont données rendez-vous ce vendredi au casino Barrière pour lancer la première édition du café des aidants. « C’était un des projets phare du programme de Frédéric Masquelier« , rappelle son adjointe à la santé et au grand-âge, Françoise Kaidomar, à propos du café des aidants qui s’est tenu aujourd’hui pour toute première fois. Un rendez-vous animé par Mylaine Arcangeli, assistance sociale du CCAS de Saint-Raphaël, et Isabelle Rotolo, psychothérapeute et art-thérapeute qui intervient également avec le CCAS.

Au programme, une après-midi d’échanges entre aidants afin de leur offrir un espace de libre expression. Un espace où l’émotion a d’ailleurs été au rendez-vous, comme le souligne Isabelle Rotolo. « Il y a eu beaucoup d’humanité, lorsque certains ont eu les larmes aux yeux, on voyait rapidement les yeux des autres s’humidifier aussi et il y avait des gestes amicaux, de réconfort entre les participants« , souligne Isabelle Rotolo. 

Avec une quinzaine de participants pour cette première, cela promet de beaux jours pour ce programme entré en vigueur il y a quelques semaines. Un programme qui devrait avoir de beaux jours devant lui, « Les gens ont envie de s’exprimer et de revenir« , confie Isabelle Rotolo. Et cela tombe bien, puisque le prochain café des aidants est prévu pour le 10 décembre, à 15h au casino Barrière.

Plus d’informations dans notre prochaine édition, en kiosque jeudi 25 novembre. 

 

Texte et photo : Romain Chardan.

Christophe Chiocca nouveau responsable de la 5e circonscription du Var du RN

Réunis en famille, les militants et élus Rassemblement National de Fréjus ont partagé un moment de convivialité autour du Beaujolais nouveau hier soir. L’occasion pour Christophe Chiocca d’annoncer sa nomination en tant que nouveau responsable de la 5e circonscription du Var, à quelques mois de l’élection présidentielle et des législatives.

 

À l’Atrium, hier soir, ils ont été nombreux à se réunir. En famille, comme il est de coutume de le dire, militants, sympathisants et élus du Rassemblement National ont profité du Beaujolais Nouveau pour passer un moment tous ensemble. « Nous n’avions pu fêter notre deuxième victoire ensemble, le confinement nous en empêchant, mais il est important de nous voir, de nous retrouver et de vous remercier« , a d’ailleurs souligné David Rachline, maire de Fréjus, lors de sa prise de parole alors qu’il revenait tout juste du salon des maires à Paris.

Les responsable locaux côte à côte ont ainsi pu féliciter le nouveau responsable de la 5e circonscription du Var, Christophe Chiocca, qui voit Cédric Rodriguez lui succéder à Fréjus. « Nous allons organiser, commune par commune, les différentes actions qui seront menées à partir de janvier jusqu’à la présidentielle et se remettre à travailler immédiatement ensuite pour les législatives juste derrière« , a souligné le nouveau responsable de la 5e circonscription du Var, dont la nomination a été saluée par David Rachline. 

« C’est un élu qui s’est révélé être une perle rare, un élu sérieux, enthousiaste, rassembleur et en même temps un militant infatigable. C’est un élu qui est resté le militant qu’il était même s’il a aujourd’hui beaucoup de responsabilités comme adjoint, vice-président de l’Office de Tourisme ou conseiller départemental et qui a toujours la foi comme au premier jour.« 

 

Plus d’informations à retrouver dans la prochaine édition du journal, jeudi 25 novembre en kiosques.

 

Par Romain Chardan – Photos : Florent Erard.

En mémoire aux victimes de la rupture du barrage de Malpasset

Le 2 décembre 1959, 423 personnes ont perdu la vie suite à la rupture du barrage de Malpasset. Un drame qui a marqué l’histoire de Fréjus à jamais. Comme chaque année, les membres du bureau de l’association ACC Malpasset organisera les 1er et 2 décembre prochain deux journées à la mémoire des victimes.

 

1er Décembre 2021

14h. Marche du souvenir (ACC Malpasset)

Départ du parking du site du barrage : circuit géologique

Ou, selon météo : parking des Arènes (amphithéâtre romain) : circuit rives du Reyran

En cas de fortes pluies, la marche est annulée.

18 h. Conférence à la villa Aurélienne

« La catastrophe du barrage du Vajont, le 9 Octobre 1963 à Longarone Italie » par Gilbert Castanier Ingénieur géologue chez EDF aujourd’hui à la retraite.

Cette conférence documentée de photographies, graphiques, sera précédée par la présentation d’une courte vidéo tournée par une délégation d’ACC Malpasset présente à Longarone pour le 50ème anniversaire du drame.

 

2 Décembre 2021

9h15 ouverture des cérémonies officielles du souvenir au gisant (amphithéâtre ) dépôt de gerbes

10h15 recueillement, dépôt de gerbes au cimetière Saint Etienne (carré des victimes non identifiées)

11h messe en la cathédrale Saint Léonce

12h Dépôt de gerbes à la stèle des subsistances militaires

    (Rond- point des subsistances, entrée Décathlon)

18h Villa Aurélienne

Conférence « La rupture du barrage de Malpasset » par Gilbert Castanier et Jean Marie Masset géologues

Foire aux santons à Fréjus

Les amoureux de Noël se réjouissent des illuminations dans les rues. Les amoureux du véritable Noël provençal se réjouissent d’ores et déjà de la traditionnelle foire aux santons de Fréjus. Organisée par l’ensemble folklorique Miougrano de Fréjus, la 34ème foire aux santons aura lieu du 4 au 22 décembre 2021 à la salle Riculphe et accueillera 17 santonniers venus de toute la Provence. Ces santonniers proposeront au public autant de petits santons d’argile pour les crèches provençales que de grands santons habillés fabriqués et peints à la main comme le veut la tradition.

 

Outre les santonniers, la foire laissera place aux stands vendant des nougats, des pâtes de fruits et bien d’autres mets composant les fameux treize desserts du réveillon. Animations musicales, grands santons animés, vin chaud et membres de la Miougrano en tenue provençale seront aussi au rendez-vous.