Octobre Rose : prévention et bien-être

octobre rose prévention bien-être fréjus saint-raphaël

Octobre Rose continue sa prévention contre le cancer du sein, mais pas que. Cette année particulièrement, des ateliers bien-être sont aussi présents pour le public. 

Octobre Rose marque ce mois de prévention contre le cancer du sein. Cela fait plusieurs années que nous intervenons avec le CHI, les professionnels de santé, les médecins et gynécologues. Nous avons été sollicités par la ligue contre le cancer, où Monique Dolzan est présidente de l’antenne du Var. Elle est à l’initiative de ces actions portées sur chaque commune”, explique Sagia Ramdani, directrice du CCAS. 

La ville de Saint-Raphaël porte des actions, notamment à travers Patricia Hauteur, vice-présidente du CCAS, et souhaite renforcer et développer ses actions de prévention santé. L’année dernière à Saint-Raphaël, l’événement Octobre Rose avait eu lieu “une demi-journée place de la République”. Cette année, il s’effectuera toute la journée près du parking Bonaparte. 

Prévenir vaut mieux que guérir

Prévenir du premier cancer mortel des femmes à travers une journée complète, en répondant aux questions et en invitant les personnes de tous âges à se faire dépister, tel est l’objectif de la ville de Saint-Raphaël ce week-end, et de la ville de Fréjus la semaine dernière. “Plus tôt on se dépiste, plus tôt on peut prendre en charge la maladie et dire aux gens que cela n’arrive pas qu’aux autres. De plus, on peut l’avoir à n’importe quel âge”, précise la directrice. 

Une pensée confirmée par Elodie Da Silva, sage-femme au CHI, et Naima Mouchid, gynéologue. Toutes deux tenaient un stand de prévention à Fréjus, lors de la tenue de l’événement. “Nous faisions de la prévention auprès des femmes pour qu’elles se fassent dépister et assurent un suivi gynécologique régulier. Parfois les gens venaient et parfois on allait démarcher d’autres personnes un peu trop timides pour s’approcher. Beaucoup veulent des informations, ou certains ne connaissent pas l’autopalpation alors que ce sont des gestes simples. Donc, nous leur expliquons comment faire. Nous avons affaire à une population plutôt adulte, avec très peu de femmes en dessous de 25 ans. Peut-être qu’elles se sentent moins concernées alors que pourtant ça existe ». 

Article complet à retrouver dans le numéro 25 de L’Horizon, en vente dès jeudi 21 octobre.

Texte et photos par Thomas Lajous

octobre rose prévention bien-être fréjus saint-raphaël

Brigade environnement : une mesure et des résultats

brigade environnement roquebrune-sur-argens bilan positif mesure résultats

Après son remaniement, la brigade environnement de Roquebrune-sur-Argens présente un premier bilan d’activités plus que positif, notamment en matière de lutte contre les dépôts sauvages.

Depuis quelques mois, les agents de la brigade environnement disposent de nouveaux équipements, mais aussi d’effectifs supplémentaires. Une volonté municipale portée par Didier Lemaître, adjoint à la sécurité, qui explique cette évolution devenue nécessaire face à la recrudescence de dépôts sauvages en matière de déchets à Roquebrune-sur-Argens. « Lors de ma prise de fonction, j’ai vu qu’il y avait une brigade incivilité, composée d’un responsable et quatre effectifs. Vu l’étendue du problème des dépôts sauvages, nous sommes rapidement montés à six effectifs, avec un recrutement interne de deux personnes« , souligne Didier Lemaître, qui a également pu compter, cet été, sur deux renforts supplémentaires de mi-juin à mi-septembre. 

Outre ces effectifs renforcés, la brigade incivilité a été incorporée à la brigade environnement, avec une assermentation des agents, tous dotés, dorénavant, de boîtiers PVE (procès-verbal électronique) ou encore de nouvelles tenues se rapprochant de celles des ASVP (agents de surveillance de la voie publique). « Je voulais qu’ils soient totalement autonomes dans leur travail et ils font désormais de la police de l’environnement et j’ai rattaché cette brigade au pouvoir de police du maire« , ajoute l’élu. Une évolution rendue possible suite à une rencontre avec le procureur de la république. 

Article complet à retrouver dans le numéro 25 de L’Horizon, en vente à partir du 21 octobre.

Par Romain Chardan – Photo : Florian Moins – Ville de Roquebrune-sur-Argens

brigade environnement roquebrune-sur-argens bilan positif mesure résultats

Quand la Police municipale forme les pompiers

police municipale fréjus pompiers formation brigade cynophile

La police municipale fréjusienne, et plus précisément sa brigade cynophile, a formé un groupe de sapeurs-pompiers du Var au risque animalier. Objectif, être capable d’intervenir lorsqu’un chien protège son maître inanimé à ses côtés.

Alors que l’espace est généralement dévolu aux équipes de la police municipale, et notamment de la brigade canine, un groupe d’une vingtaine de pompiers s’est présenté dans ce coin reculé de la Base Nature mardi dernier.

Une journée dans le cadre de la Formation d’Intégration et de Professionnalisation (FIP) des sapeurs-pompiers, et dans laquelle existe un module Protection des Personnes, des Biens et de l’Environnement (PPBE) comportant un volet risque animalier.

Le but de cette journée est simple, comme le souligne Stephan Gaspard, responsable de la brigade cynophile de la police municipale de Fréjus, « on va vous expliquer comment capturer un chien dans un véhicule avec une manchette et une laisse ». « Tous les ans, on a des blessés, des petites entorses, parce que vous n’écoutez pas, alors soyez attentifs« , surenchérit Anto, l’un des maîtres de chien.

Réunis dans un hangar pour assister à la présentation de la brigade et des équipements qu’ils s’apprêtent à utiliser, les pompiers sont disciplinés. Et mieux vaut l’être compte-tenu de l’exercice qui les attend. « Le scénario est le suivant. Une personne est inconsciente dans son véhicule, avec un chien à l’intérieur qui la protège. Le but est d’extraire et de mettre le chien en sécurité« , détaille Stephan. Une fois la manchette et la laisse présentées, ainsi que quelques conseils utiles pour de futurs interventions, il est temps de mettre la théorie en pratique.

Intervention en binôme

Anto et Stephan assurent la démonstration, tandis que Fred se place dans le véhicule avec son chien. Bras dans la manchette, Anto va s’occuper du chien tandis que Stephan gère l’ouverture de la portière. « Il est important de bien communiquer entre vous. Vous présentez votre avant-bras, pas le poignet ou le coude, sinon vous risquez de vous blesser », explique Anto tout en mettant en pratique ses paroles. Côté portière, les conseils sont aussi de mise.

« Vous posez bien l’avant-bras dessus et la main à plat, cela vous permet d’être plus forts sur les appuis« , ajoute Anto, avant que Fred ne vienne rappeler un détail important, « attention aux mauvais réflexes, car le premier est souvent de fermer la porte sur la tête du chien. Faites attention à ne pas le faire« . Après la démonstration et les derniers conseils, place à la pratique pour les pompiers.

Reportage complet à retrouver dans le numéro 25 de L’Horizon, en vente dès le jeudi 21 octobre.

Texte et photos par Romain Chardan

police municipale fréjus pompiers formation brigade cynophile

Marche d’espoir pour Nathalie Prince demain

alerte info hommage marche blanche victimes lac dramont circulation

Demain à 14 heures a lieu une marche blanche pour Nathalie Prince. Une marche d’espoir organisée par la famille de cette quinquagénaire disparue depuis le 5 octobre dernier.

À partir de 14 heures demain, 50 à 100 personnes sont attendues à la piscine municipale de la Base Nature de Fréjus pour une marche blanche. « C’est une marche d’espoir », confie Loren Maria, la fille de Nathalie Prince, disparue depuis le 5 octobre dernier. Si l’enquête se poursuit du côté des forces de l’ordre pour retrouver cette dame de 55 ans, sa famille a décidé d’organiser une marche. « Nous avons demandé à tout le monde de porter un haut blanc et nous avons préparé banderoles et affiches », continue Loren Maria.

La marche partira donc de la piscine municipale, traversera Port-Fréjus avant d’emprunter le boulevard d’Alger puis celui de la Libération. Au rond-point marquant la limite entre Fréjus et Saint-Raphaël, les marcheurs feront demi-tour pour retourner sur leurs pas et revenir à leur point de départ. Un événement facebook a été créé, le lien est à retrouver ici.

Par Romain Chardan

Pascal Elbé au Lido ce vendredi

pascal elbé lido saint-raphaël cinéma

Dans le cadre de l’avant-première de son dernier film, « On est fait pour s’entendre », l’acteur et réalisateur Pascal Elbé sera présent au Lido à Saint-Raphaël, ce vendredi. Un moment d’échanges est prévu après la projection.

« Antoine, la cinquantaine, découvre qu’il a perdu beaucoup d’audition. N’assumant pas son handicap, ce professeur d’histoire s’est résigné à vivre dans sa bulle, quitte à susciter l’incompréhension de son entourage. Sa rencontre avec Claire, veuve et mère d’une petite fille mutique va le pousser à s’ouvrir au monde. »

Le pitch placé, on comprend rapidement que le nouveau film de Pascal Elbé, dans lequel il tient également le premier rôle, « On est fait pour s’entendre », est une comédie française comme on sait les faire chez nous, où une petite histoire d’amour va amener le personnage principal à assumer son handicap naissant, non sans en passer par quelques séquences aussi loufoques que touchantes.

Et pour les amoureux de la comédie, le cinéma le Lido de Saint-Raphaël organise une projection en avant-première de la dernière production de Pascal Elbé ce vendredi à 18 heures. Les spectateurs présents auront le plaisir de partager la séance avec le réalisateur lui-même, puisque Pascal Elbé sera de la partie et participera à un temps de questions-réponses à l’issue du visionnage du film. A noter que le tarif pour cette projection sera de six euros.

Romain Chardan – Photo : D.R.

Saint-Raphaël lance les rencontres politiques

politique rencontre saint-raphaël revue

En partenariat avec la Revue politique et parlementaire, la ville de Saint-Raphaël organise, ce week-end, la première édition des « Rencontres de Saint-Raphaël ». Au programme, plusieurs conférences gratuites abordant des thématiques variées autour de la politique, de la liberté ou encore des menaces actuelles.

« La liberté est-elle en danger ?« , « Les nouvelles menaces : de quoi avons-nous peur aujourd’hui ?« , « La politique peut-elle quelque chose ?« , « À l’horizon 2050, la France aura-t-elle encore quelque chose à dire ? » Autant de questions qui animeront les débats des premières Rencontres de Saint-Raphaël, ce vendredi et ce samedi au Palais des congrès de la Cité de l’Archange. 

Frédéric Masquelier, l’édile raphaëlois, l’a annoncé lors du dernier conseil municipal, la municipalité a signé un accord de partenariat avec la Revue politique et parlementaire pour l’organisation de conférences à Saint-Raphaël.

Et la première édition a lieu ces 8 et 9 octobre. Gratuites, mais sur réservation, cette première édition tournera autour d’une question centrale, « Faut-il avoir peur de l’avenir ?« . Pour y répondre, plusieurs axes ont été définis et plusieurs spécialistes seront réunis pour tenter d’apporter la réponse la plus complète possible à ces différentes interrogations. 

Parmi eux, on retrouvera notamment David Lisnard, maire de Cannes, Jean Garrigues, historien spécialiste d’histoire politique, Gérard Mourou, physicien et spécialiste des champs électriques et du laser, Stéphane Rozès, essayiste et politologue, ou encore Vladimir Fedorovski, écrivain et ancien diplomate russe.

Les cinq tables rondes dureront en moyenne deux heures et des sondages interactifs seront lancés pour chacune d’elles et permettront à chacun d’apporter son regard sur la question traitée.

Plus d’info et inscription ici.

Les écoles fermées à partir de midi dans le Var

préfecture alerte sécheresse var pollution météo écoles fermées midi

Suite à une décision du préfet du Var, les écoles et crèches du département vont fermer leurs portes à partir de midi ce lundi. Face aux intempéries annoncées, le Var est placé en vigilance orange pour les orages et jaune pour les crues.

Les parents vont devoir s’organiser pour récupérer leurs enfants. Face à l’évolution des intempéries frappant actuellement l’ouest du département et leur déplacement vers son centre, le préfet du Var a décidé la « suspension de l’accueil des élèves dans les établissements scolaires et des enfants dans les crèches.« 

Les établissements scolaires concernés vont de la maternelle à l’université, ainsi que les crèches et ce pour l’ensemble du département.

Les transports scolaires dont d’ores et déjà à pied d’œuvre pour assurer le départ des enfants. Pour ceux qui ne pourraient rentrer chez eux ou être récupérés par leurs parents,  ils pourront être gardés au sein de leur établissement jusqu’à la fin du phénomène. A noter que les internats vont rester ouverts et que les élèves y sont accueillis.

Dans son communiqué, la préfecture souligne également que « Météo France prévoit de gros orages à partir de 13h sur l’ensemble du littoral varois avec une forte activité électrique, de la grêle et des rafales de vent pouvant atteindre 80 à 100 km/h. Ces orages devraient ensuite se déplacer vers le nord du département. Les cumuls de pluie sous orage pourront s’élever entre 40 et 60 mm en 2h et atteindre 80 à 120 mm sur l’ensemble du département et localement 150 mm. »

La préfecture préconise de ne pas se déplacer ce lundi entre 13 et 19h et appelle à une extrême vigilance.

Romain Chardan (avec communiqué) – Illustration : Elodie Moreno.

Les réservistes du 21e Rima sous l’objectif de Florent Tallarico

21e RIMA exposition réservistes tallarico

Hier soir a été inaugurée l’exposition Réservistes de Florent Tallarico. Ce photographe niçois, également réserviste au 21e RIMA, a travaillé durant trois ans sur son projet, concrétisé par la parution d’un ouvrage de photographies et dont une trentaine sont exposées jusqu’au 25 septembre à la Villa Aurélienne.

« Je suis assez ému, pour ne pas dire stressé. Cette exposition présente le résultat de deux ans de prises de vue et une année pour la fabrication du livre. Ce sont des personnes qui viennent servir la France sur leur temps libre, qui viennent en renfort, entre autres, sur l’opération Sentinelle et qui viennent de tous les horizons, de tous les âges, dans la limite de la réglementation. Mon travail a pour but de rendre hommage à leur volonté de servir« . 

Florent Tallarico, 32 ans, a présenté par ces quelques mots le travail affiché sur les murs de la Villa Aurélienne au moment du vernissage de son exposition, Réservistes, hier soir. Une exposition regroupant 34 photos en noir et blanc (à l’exception d’une, en couleur), où l’on suit la formation et le travail des réservistes du 21e RIMA. Une quinzaine de portraits sont également présents, montrant le visage de ces hommes et femmes « au service de la nation« , comme l’a souligné Martine Petrus-Benhamou, première adjointe de Fréjus, lors de sa prise de parole.

Sur deux niveaux, disposées dans les couloirs et certaines salles de la Villa Aurélienne, les photos montrent avant tout des hommes et de femmes. Les expressions captées sur les visages humanisent ces soldats, que ce soit à travers une expression, un regard, qu’ils soient en train de ramper sous des barbelés, en exercice au coeur d’une forêt ou de nuit à prendre des notes. 

Le noir et blanc, choix assumé pour apporter « un côté intemporel à ces images« , donne un cachet supplémentaire à ces photos où l’humain prend inexorablement le pas sur le soldat. « Ceux que vous avez photographié sont les héros de notre temps« , a d’ailleurs ajouté Martine Petrus-Benhamou.

Ouverte depuis hier, l’exposition de Florent Tallarico est accessible gratuitement à la Villa Aurélienne tous les jours jusqu’au 25 septembre.

Par Romain Chardan

Gérald Darmanin échange avec la Police Municipale de Saint-Raphaël

gérald darmanin beauvau sécurité police municipale saint-raphaël

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, est venu à Saint-Raphaël ce jeudi 9 septembre pour y rencontrer les membres de la police municipale raphaëloise et échanger avec eux sur leurs prérogatives et les évolutions à venir de ce point de vue-là. Un échange de plus d’une heure où les forces de l’ordre de la cité de l’Archange ont obtenu nombre d’éclaircissements.

La venue d’un ministre n’est jamais anecdotique. Encore moins lorsqu’il s’agit du ministre de l’Intérieur. Après le difficile premier semestre marqué par plusieurs échauffourées et émeutes du côté du quartier de la Gabelle, le calme est revenu au fil des semaines. Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, est d’ailleurs membre du Beauvau de la sécurité, pour lequel une nouvelle réunion l’attend ce lundi. Et c’est dans ce cadre que s’inscrit la visite de Gérald Darmanin.

Après avoir parcouru les nouvelles installations du Centre de Supervision Urbain du poste de police municipale de Valescure, le premier flic de France a pris part à un échange avec une quarantaine d’agents de la police municipale raphaëloise. Au menu, des questions sur les aménagements et évolutions liés à la proposition de loi et sa révision portant sur les prérogatives de la PM et leurs évolutions futures. 

Si Gérald Darmanin a su manier l’humour parfois, il a su répondre clairement aux interrogations des policiers, notamment en ce qui concerne les questions de juridiction et de capacités d’actions, soulignant notamment que pour certaines évolutions de leurs prérogatives, cela les sortirait de l’autorité du maire et qu’il serait alors « obligatoire de (vous) placer sous l’autorité du procureur de la République ».

Evolution des interventions

Parmi les interrogations, l’une d’elles portait sur la capacité des policiers municipaux à pouvoir, ou non, aller au-delà de la frontière de leur ville pour continuer une intervention ou porter assistance à des collègues, notamment dans le cadre de villes frontalières, comme peuvent l’être, par exemple, Fréjus et Saint-Raphaël. Ce à quoi Gérald Darmanin a répondu qu’il était désormais possible que les villes signent des conventions entre elles pour que ce soit effectif, mais que cela relevait de la volonté et de l’autorité des édiles.

S’il a réaffirmé tout son soutien aux polices municipales de France, l’ancien maire de Tourcoing a aussi profité de sa venue pour annoncer qu’à compter de la rentrée prochaine, soit en janvier 2022, « dix fonctionnaires de police supplémentaires seront affectés à la circonscription de Fréjus / Saint-Raphaël« .

De quoi étoffer des effectifs et renforcer une présence policière en hausse depuis quelques mois, avec, du côté des municipaux, des recrutements également en cours côté raphaëlois, où le nombre de policiers doit être de 70 en fin d’année avant de passer à 78 fin 2022.

A retrouver dans notre prochaine édition (L’horizon numéro 21), un article complet sur le déplacement de Gérald Darmanin à Saint-Raphaël.

Texte et photos : Romain Chardan

Les massifs interdits d’accès ce mardi et mercredi 17 et 18 août

massifs école fermée la lauve covid 19 info dernière minute

La préfecture du Var a annoncé ce jour la fermeture et l’interdiction de l’accès aux massifs de l’Estérel et des Maures compte tenu des conditions météorologiques et du feu en cours dans le golfe de Saint-Tropez. Cette interdiction débute aujourd’hui et courra, a minima, jusqu’à demain soir.

Les sapeurs-pompiers continuent de combattre l’important feu de forêt qui s’est déclaré hier en fin d’après-midi et a déjà parcouru plus de 6 000 hectares, en ravageant 3 500. Plus de 750 pompiers sont mobilisés depuis hier et d’importantes forces aériennes ont repris, depuis ce matin, les passages et largages répétés pour tenter de maîtriser ce terrible incendie.

Afin d’éviter de voir de nouveaux départs de feux se déclarer ailleurs, alors que les forces mobilisées dans le golfe ont reçu des renforts venus d’une quinzaine de départements, la préfecture du Var a annoncé ce jour la fermeture des massifs des Maures et de l’Estérel. Face aux fortes chaleurs et un vent fluctuant, aucun risque ne doit être pris dans ces espaces.

L’accès est donc interdit dans ces deux massifs, tout comme dans les autres massifs forestiers du Var, placés en risque incendie très sévère, pour ce jour (17 août), ainsi que demain (mercredi 18 août).

Par Romain Chardan