Skip to content

L’appellation Fréjus expliquée à la fête du raisin

En marge de la fête du raisin et de la dégustation de vins du territoire proposée samedi et dimanche derniers, les vignerons portant l’appellation Côte de Provence Fréjus ont mis en place une table afin de montrer les vins concernés et les expliquer, tout en soulignant la culture locale autour de la vigne et du vin.

Une table esseulée attire l’œil en marge de la fête du raisin à Fréjus. Entre deux stands de dégustation, on y voit les bouteilles de quelques domaines du coin. Mais pas de dégustation sur place. “Nous avons fait cette table pour expliquer le vin”, glisse Jérôme Paquette, propriétaire et exploitant du Château éponyme. Au départ de l’action de l’appellation Côte de Provence Fréjus, le Château Paquette a été rejoint par d’autres vignerons du coin, et d’autres doivent suivre. “Aujourd’hui 5 domaines revendiquent l’appellation Côte de Provence Fréjus (Château de Cabran, Jas des Oliviers, Château Paquette, Château du Rouët et Domaine du Bercail), et l’an prochain, le Réal Saint-Jean devrait rentrer. Comme nous imposons le cépage Tibourin dans le rosé, il faut aussi le temps d’en planter et que ça produise”, ajoute Jérôme Paquette. Si le label Fréjus tend à grossir, tout en restant à un échelon très local, il est aussi porteur d’une culture particulière autour du vin, dont ces vignerons sont aujourd’hui les porte-paroles. “Nous ne sommes pas nombreux, mais il y a une bonne entente, il y a une envie de faire des choses à notre échelle sur ce label là. Il y a une volonté de s’accrocher, d’y croire et d’y aller. L’appellation d’origine est liée à un terroir et à une culture donnée, et typiquement, la fête du raisin s’inscrit dans cette donnée culturelle, puisque ça a été mis en place au Moyen-Âge, ce qui montre que le raisin était important pour ce territoire déjà à cette époque-là. On est dans une région où la viticulture a un sens. La rue Graecinus à Fréjus est ainsi appelée parce qu’il était Fréjusien et considéré par Pline comme le plus grand spécialiste de vin à l’époque. Le plus vieux tonneau découvert à ce jour est à Fréjus. Nous voulons mettre en avant, nous petits producteurs, cette richesse culturelle. » Et si certains ne sont intéressés que par l’attrait d’un fond de verre offert pour jouer les goûteurs, certains prennent le temps d’en savoir plus. « Certains s’arrêtent pour prendre des informations et connaître cette appellation. Et nous essayons de faire passer ce message », conclut Jérôme Paquette.

 

Romain Chardan – Photo : Lucie Guerra